Cartons de tapisserie d’Aubusson

75,00

En stock

UGS : 063
Catégories : ,
Auteur:
Share

Description

Aubusson est depuis des siècles un grand centre de tissage de tapisseries. Or, depuis les années 1980, de nombreux ateliers ont fermé leurs portes et vendu leur fonds. À cette occasion, on a redécouvert un patrimoine exceptionnel : des stocks importants de cartons de tapisserie, accumulés depuis des générations, sont sortis au grand jour. Devant leur attrait décoratif, leur authenticité et leur charme, ils ont conquis leur public et ont maintenant leur place sur le marché de l’art.
Un carton de tapisserie est réalisé en grandeur réelle par un peintre cartonnier dont le rôle est de traduire le langage pictural de la maquette (peinte en petit par un artiste ou par le maître d’atelier) en langage textile. C’est ce carton que le tapissier va placer sur son métier, en général sous la chaîne, pour le reproduire avec des fils de laine ou de soie.

Chantal Chirac nous dit tout sur ces cartons de tapisserie d’Aubusson. Elle commence par un rappel historique depuis les origines les plus antiques de la tapisserie jusqu’au renouveau contemporain, en passant par les grandes tapisseries du Moyen Âge, l’apogée de l’époque classique et les copies décoratives du XIXe siècle. L’auteur s’intéresse ensuite à la fabrication : elle décrit les méthodes de haute et basse lisse, s’intéresse aux métiers à tisser, aux teinturiers et aux couleurs des fils. Elle décrit les différentes sortes de tapisseries : tentures, chancelleries, entrefenêtres, tapisseries de chœur, verdures, mille fleurs, tableaux, tapis, savonneries et bordures.
Le carton proprement dit est ensuite décrit en détail, avec les matières utilisées pour le support et les couleurs, les sources d’inspiration du peintre cartonnier, sans oublier les réemplois si fréquents dans le métier. Un chapitre est consacré aux ateliers des peintres, à leur formation et à leur lent déclin : le dernier peintre cartonnier a cessé ses activités en 2008.

La seconde moitié du livre est consacré à la description des thèmes et motifs : le médiéval longtemps recopié, qui a connu un regain d’intérêt récemment, les verdures qui sont une spécialité d’Aubusson, les scènes de chasse et les fables de La Fontaine qui furent initiées par le célèbre Oudry au XVIIIe siècle, les animaux dont le succès ne se dément pas au fil des siècles. Les chinoiseries mettent en scène un exotisme d’opérette, tandis que les scènes galantes recopient inlassablement des tableaux de Boucher ; les scènes pastorales avec leurs oiseleurs, les musiciens et les fleurs sont indémodables. Les visages sont les motifs les plus difficiles à réaliser et étaient confiés aux meilleurs lissiers. Enfin, les tapis ont leurs règles et leurs motifs particuliers.

Sommaire

Introduction. Aubusson
1ère partie : Les cartons de tapisserie
Repères historiques. La création d’une tapisserie. L’élaboration du carton. Les ateliers de peintres cartonniers. Le marché des cartons de tapisserie.
2e partie : Thèmes et motif de la tapisserie
Le médiéval. Les verdures. Les scènes de chasse. Les fables de La Fontaine. Les animaux de la ferme. Les chinoiseries. Les scènes galantes. Les scènes champêtres. La musique. Les oiseleurs. Les visages. Les fleurs. Les tapis.

Informations complémentaires

Poids

2000 g

Dimensions

31 x 24 cm

Share